Retour à l'accueil

                  
Des Français au Brésil...


- Brigitte Bardot - C'est aussi Brigitte Bardot (chantée elle-même par le sambiste Jorge Veiga, honorée par Tom Zé) qui au milieu des années 60 va reprendre "Maria Ninguém" de Carlos Lyra, dans un portugais approximatif, mais avec l'arrangeur Alain Goraguer. A l'époque, la diva est tombée sous le charme de Búzios, le Saint-Tropez en version carioca.
O charme e a beleza de Búzios já são história antiga. Desde que Brigitte Bardot, elegeu Búzios para passar uns tempos na década de 60 a cidade passou a colecionar hóspedes ilustres e não parou mais... Trazida por seu então namorado brasileiro Bob Zagury em 1964, Brigitte - a mais famosa artista de cinema da época - redescobriu em Búzios a alegria de viver, encontrando um refúgio da perseguição de repórteres e fotógrafos da época.

- Roger Bastide (1898-1974) - Bio-Bibliographie de Roger Bastide par Claude Ravelet, Maître de Conférences en Sociologie à l'Université de Caen

- Georges Bernanos - (1888-1948) - « Le plus douloureux désir de mon cœur [...] c'est de vous revoir tous, de revoir votre pays, de reposer dans cette terre où j'ai tant souffert et tant espéré pour la France, d'y attendre la résurrection, comme j'y ai attendu la victoire. » Lettre du 9 février 1946. Combat pour la liberté - Savoir plus
Georges Bernanos pendant l'expédition au Paracatu. ©
J.-L. Bernanos

- Blaise Cendrars - (1887-1961) - « L'univers est une digestion. Vivre est une action magique. » - Extrait de "Emmène-moi au bout du monde"- Sa biographie par le Centre d'Etudes Blaise Cendrars de l'Université de Berne
Oswald de Andrade rebaptisa Cendrars par un affectueux jeu de mots ; "Blaise, Braise, Brésil : Brésil cendré".

- Paul Claudel (1868-1955) - « L'ordre est le plaisir de la raison, mais le désordre est le délice de l'imagination. » - Extrait de "Le soulier de satin" - Le diplomate

- Auguste Comte - (1798-1857) - Toute la vie d'Auguste Comte est un roman. Sa postérité se partage entre l'incompréhension de disciples bornés et l'indifférence, voire la répugnance, d'esprits qui auraient pu apprendre beaucoup, si seulement ils l'avaient lu. - La pensée positiviste a toujours eu un écho important au Brésil : "Ordem e Progresso" a été choisie en 1889 pour représenter la devise de l'Union!

- Jean-Baptiste Debret (1768-1848) - En 1816, Jean-Baptiste Debret partit au Brésil, chargé, avec d’autres artistes français, de fonder une Académie des Arts pour le jeune empire que les Portugais venaient d’instaurer. S’il conçut, comme on attendait de lui, les insignes du pouvoir impérial, il fut très vite fasciné par toutes les facettes de la société brésilienne, que ce soit la vie privée des riches commerçants, les us et coutumes de la population carioca ou la condition misérable des esclaves noirs, qu’il rendit d’un trait incisif dans des aquarelles fourmillant de détails révélateurs. Ces aquarelles illustrèrent son « Voyage pittoresque et historique au Brésil », qu’il publia à son retour en France de 1834 à 1839 - 3 volumes, qui constituent aujourd’hui une source d’une richesse inépuisable pour les brasilianistes - Debret et la Cour au Brésil - Júlio Bandeira
Jean-Baptiste Debret (1768-1848)
Négresse tatouée vendant des fruits de cajou (détail), 1827
Copyright : Museus Castro Maya, Rio de Janeiro

- Jean Ferdinand Denis (1798-1874) - Le brasilianiste Ferdinand Denis, au Brésil de 1816 à 1819, publie un livre, sans capoeira, en 1822, et un autre, avec capoeira, en 1839. - Lire

- Claude Henri Gorceix - (1842-1919) - géologue, fût chargé d'organiser l'enseignement et devint le premier directeur de l'Ecole des Mines d'Ouro Preto lors de l'ouverture le 12 octobre 1876. Musée Prof. Claude Henri Gorceix

- Françoise Hardy
Desde que veio ao Brasil, Françoise Hardy manifestou seu interesse em gravar músicas brasileiras . Um dos compositores escolhidos por Françoise foi Taiguara que lhe entregou algumas músicas suas. De "A Transa", ela fez uma adaptação para "Rêve" e acaba de mandar pedir mais quatro músicas: "A Flor na Areia", "Piano e Viola", "Mudou" e "Eronita e Eu". -
LP "Rêve" de Françoise Hardy (1972)

- Bernard Lavilliers - Biographie

- Jean de Léry - (1534-1613) - Histoire d'un voyage fait en la terre du Brésil - " Des arbres, herbes, racines et fruits exquis que produit la terre du Brésil " - Colloque de l'auteur et d'un sauvage montrant qu'ils ne sont si lourdauds qu'on les estimait - Une exploitation pédagogique de son livre
Theodoro de Bry (1590/1634)
Banquete antropofágico

- Claude Levi-Strauss - « Ma carrière s'est jouée un dimanche de l'automne 1934, à 9 heures du matin, sur un coup de téléphone. » - En 1935, il part pour le Brésil comme professeur de sociologie à l'Université de São Paulo. Au cours des années qui vont suivre, il va étudier les tribus indiennes de l'Amazonie. C'est le récit de ses voyages à l'intérieur de ces sociétés dites « primitives » qu'il racontera, en 1955, dans le livre qui l'a rendu célèbre, Tristes Tropiques.
Hommage à Claude Lévi-Strauss - Sur le site du Musée du Quai Branly
Son oeuvre
Um futuro de sombras - O grande intelectual francês, estudioso das sociedades primitivas e fundador do estruturalismo, manifesta pessimismo com relação ao futuro da humanidade - Uma entrevista com Claude Levi-Strauss, 24/09/03
100 anos de Claude Lévi-Strauss - Um dos grandes intelectuais do século 20 - Um dossier do Estado de São Paulo - novembro 2008
Claude Lévi-Strauss, photographe, cinéaste méconnu - Ce qu’on sait moins, c’est que Claude Lévi-Strauss a également utilisé la caméra pour filmer cinq courts métrages chez les indigènes Caduveo et les Bororo, ainsi qu’une fête religieuse à Mogi das Cruzes (Etat de São Paulo). Ces petits films étaient tournés en collaboration avec son épouse Dina Lévi-Strauss, qui avait d’ailleurs à l’occasion emprunté aussi la Leica. - Le Monde.fr - 8/4/2012

- Édouard Manet - (1832-1883) - L'oeuvre de Manet exprimera les contrastes, l'humeur, la poésie et la beauté de son temps. - En 1849, Édouard Manet voyageant pour quelques temps au Brésil déclara que le contact avec le Brésil avait été son seul maître de peinture. - Sa biographie

- Alfred Métraux - (1902-1963) - Fortement intéressé par les rituels des descendants d'esclaves, au Brésil notamment - Biographie

- Henri Michaux - (1899-1984) - Écrivain - Peintre - Entre 1938 et 1939 voyage au Brésil où naîtront les curieux dessins d’Arbres des tropiques. - Biographie

- Darius Milhaud - (1892-1974) - Ce Méditerranéen, poète lyrique qui sut écouter les chants de son pays natal comme il sut écouter les musiques du Brésil où il séjourna avec Claudel, la voix humaine fut un instrument privilégié. - De 1916 à 1918, il séjourne au Brésil en qualité de secrétaire d'ambassade, où il rejoint Paul Claudel. Il y découvre l'art populaire sud-américain qui le marque pour toujours et qu'il immortalise dans les Saudades do Brazil [1920-1921] pour piano.
Biographie, par Gabriel Vialle
Darius Milhaud et sa musique. Docu-portrait

- Edgar Morin - Sociologue et philosophe français. Chercheur émérite au sein du Centre National de la Recherche Scientifique, Edgar Morin cultive la pluridisciplinarité et s'applique à analyser la société d'un oeil malicieux.
Page consacrée à Edgar Morin avec plusieurs fiches de lecture
Institut Edgar Morin
Edgar Morin - Parcourez la pensée d'Edgar Morin par un labyrinthe cubique de 64 thèmes. - SESC de São Paulo

- Georges Moustaki - (1934 - ) - Passionné par la littérature de Jorge Amado et amateur de bossa nova depuis que Pierre Barouh l'a initié, Moustaki est déjà attiré par la culture de ce pays. A l'occasion de ce festival, il rencontre les grands de la musique brésilienne, de Elis Regina à Chico Buarque en passant par Gilberto Gil ou Jorge Ben. Sur l'album suivant, "Déclaration", les influences brésiliennes se font sentir. Moustaki reprend "Aguas de março" d'Antonio Carlos Jobim et en fait "les Eaux de mars". - Son site officiel

- Claude Nougaro - (1929-2004) - En 1964, il rencontre le guitariste brésilien Baden Powell et sur le morceau "Berimbau", il va écrire "Bidonville". Le Brésil, devenu patrie de coeur, lui inspirera plus tard, "Brésilien" (en 75) ou le célèbre "Tu verras" (en 78), reprise d'une chanson de Chico Buarque. Daté de 1976, son "O que será" devient vite un tube dans la voix de Claude Nougaro, qui le change en "Tu Verras, Tu verras" avec le succès que l'on sait. - Le site de Claude Nougaro

- Binot Paulmier, capitaine de Gonneville - Le voyage du capitaine de Gonneville marquerait le premier contact entre les Français et les Brésiliens. - L'histoire de l'indien Essomericq racontée à partir du livre "Le voyage de Gonneville (1503-1505) et la découverte de la Normandie par les indiens du Brésil", de Leyla Perrone Moisés - traduit par Ariane Witkowski, édition Chandeigne, Paris, 1998 - La polémique Essomericq, par Jean Leblond

- Benjamin Péret - (1899-1959) - Surréaliste et révolutionnaire - Sur sa tombe, au cimetière des Batignolles; figure cette épitaphe : "Je ne mange pas de ce pain-là." - En 1928, il épouse la cantatrice brésilienne Elsie Houston et fait la connaissance de Mario Pedrosa, son beau-frère, lequel vient de souscrire aux thèses de Trotski. Au Brésil, où il séjourne de 1929 à 1931, il va s’inventer une sorte de nouvelle vie qui fera de lui simultanément : un oppositionnel de gauche, un poète reporter curieux des rituels de la makumba et du candomblé, un correcteur, un père de famille (son fils Geyser naquit le 31 août 1931) et un prisonnier politique. Péret sera finalement expulsé comme « agitateur communiste » par le gouvernement de Getúlio Vargas. - Benjamin Péret l’irréductible


© P.Jadin
- Jean Sablon - (1906 - 1994), a séjourné de multiples fois au Brésil et y a résidé dans sa fazenda pendant des années. Il y a inauguré en 1928 le théâtre du Copacabana Palace à Rio et se produisit aux casinos Urca, Atlântico et Teatro Municipal (Rio), au Casino de Guarujá, au Casino Quitandinha de Petrópolis, à l'Opéra de São Paulo, à Recife, etc. Il fit ses adieux à la scène au Copacabana Palace en 1984. Indéniablement premier introducteur historique de la samba dans la chanson française, il fit connaître à la France la chanson "La Fille d'Ipanema" lorsqu'il invita dans son show "Sablon 1964" ses auteurs Vinicius de Moraïs et Baden Powell. Il a travaillé avec Dorival Caymi, Ary Barroso, Luis Bonfa, etc. et enregistra de nombreux disques au Brésil. Ami de Carmen Miranda, c'est dans la comédie musicale où il tenait la vedette à Broadway en 1939 qu'elle se fit connaître aux Etats-Unis. Dans le cadre de son dernier séjour au Brésil, Henri Salvador, interrogé par la presse, a lui-même précisé que la gloire française de la chanson était là-bas Jean Sablon.

- Auguste de Saint-Hilaire - (1779-1853) - Naturaliste et voyageur né à Orléans. En 1816, il partit pour le Brésil, qu'il visita en détails, poussant ses explorations jusque dans des régions encore inconnues, et n'en revint qu'en 1832, avec de riches collections de quadrupèdes, d'oiseaux, de reptiles, de mollusques, d'insectes, et surtout de plantes. Lors de son séjour au Brésil il constitua un si riche herbier et fit des observations si détaillées qu'il influença durablement la botanique brésilienne. - Auguste de Saint-Hilaire a publié : Flora Brasiliae meridionalis (en collab. avec A. de Jussieu et J. Cambessèdes; Paris, 1825, 3 vol.). - Voyage dans la province de Rio de Janeiro et Minas Geraes (Paris, 1830, 2 vol.). - Voyage dans le district des diamants et sur le littoral du Brésil (Paris, 1833, 2 vol.). - Leçons de botanique, comprenant principalement la morphologie végétale (Paris, 1840-41). - Voyage aux sources de San Francisco et dans la province de Goyaz (Paris, 1847-48, 2 vol.). - Plus

- Henri Salvador - Issu du groupe de Ventura, Henri Salvador fera la tournée des casinos de Rio et Belo Horizonte. S'il se murmure qu'il fut l'une des inspirations de la bossa nova, il a tout autant nourri sa verve de saveurs locales, comme ce "Diz Que Tem" ou encore tout récemment en duo avec Rosa Pasos sur le standard Wave.

- Jules Supervielle - (1884-1960) - Poète, romancier et dramaturge français - Les grands évènements de sa vie

- Jean-Christophe Ruffin - Rouge Brésil - Un décor de jungle aux ténèbres frissonnantes, un impitoyable ciel de lumière que reflètent les eaux d'une baie tranquille, trop tranquille – et le doigt ironique de Dieu pointé à l'horizon : le Pain de sucre. En pleine tourmente Renaissance, des conquistadores français sont venus ici brûler la politesse aux Portugais, et fonder une "France antarctique" dans ce désert hospitalier aux seuls Indiens et à leur appétit de "cannibales" – bien moins dévastateur que les luttes fratricides qui déchirent huguenots et catholiques enfiévrés par un climat délétère. - Le roman et son auteur

- Pierre Verger - (1902-1996) - C'est le Brésil, et plus particulièrement Bahia, qui le passionnent. Il en explique une des raisons: "C'est l'un des rares endroits du monde où l'on peut vivre sur le même plan amical avec des gens d'origine ethnique différente". - La Fondation Pierre Verger

- Jules Verne - (1828-1905) - le Secret caché dans l’œuvre immense de Jules Verne se trouverait dans « La Jangada - Huit cents lieues sur l'Amazone », roman publié en 1881 - d'après Alexandra Schreyer

- Nicolas Villegaignon - (1514-1571) - Amiral français qui débarqua en 1555 à l'embouchure du rio de Janeiro. Son intention était d'y fonder des colonies, et il était entré en relation avec des tribus opposées aux Portugais - Cette expérience inaboutie de colonisation est intéressante du point de vue ethnologique, car elle montre comment une population peut s'adapter à une culture nouvelle : au contact des indigènes, certains exilés français se sont fait tatouer le corps et sont même devenus anthropophages. - La tentative de Villegaignon pour fonder la «France antarctique»


Retour à l'accueil